Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer JavaScript. Voici les instructions pour activer JavaScript dans votre navigateur Web.

La 3ème édition de la Bouvet Guyane : J-5 à Dakar 2012 - Aviron / Foxoo
Local-events / Vos évènements relayés sur Twitter GUIDE   SUIVRE
Ma ville   Mes évènements   Annoncer un évènement
Source : #21969 Publié le 24/01/12 | Vues : 308

La 3ème édition de la Bouvet Guyane : J-5 à Dakar 2012 / Aviron

Evènement passé.

Le dimanche 29 janvier 2012 ( ).

Michel Horeau est l'inventeur et le co-organisateur avec Antoine Croyère de la Bouvet Guyane. La randonnée solitaire à travers l'Atlantique sur des canots à rame identiques en est à sa troisième édition. C'est la première fois qu'elle part de Dakar. Là où précisément se trouvent Michel et les 23 compétiteurs depuis mercredi 18 janvier 2012. Ambiance sur place avec le grand timonier de la course. Le froid. En cette latitude, l'Afrique offre généralement douceur et même chaleur en hiver. Et bien ce ne fut pas du tout le cas la semaine dernière. Michel : « De mémoire de Sénégalais, on n'avait jamais vu ça. Depuis notre arrivée et jusqu'à ce week-end, il soufflait un vent violent de NE sur la région. Le thermomètre est tombé à 13° et la nuit il faisait frisquet d'autant plus que nous sommes situés au nord de la presqu'île du Cap Vert ». Heureusement des conditions plus en phase avec les normales saisonnières se sont installées depuis hier et devraient perdurer jusqu'au moins dimanche, le jour du départ.




La sérénité. C'est le mot qui semble convenir à l'ambiance qui plane sur le terre-plein où sont alignés les 23 canots à rames de la course. Michel : « En l'espace de deux jours, tous les bateaux ont été sortis de leurs containers et transportés sur place. Depuis vendredi, tout le monde travaille tranquillement sur son bateau ». L'ambiance est calme, studieuse mais détendue. On se donne des coups de main. Le stress du départ ne s'est pas encore emparé des rameurs, certains déjà solitaires, d'autres venus avec un copain pour les aider ou avec leur compagne. « On ne m'a pas encore demandé comment avoir de l'électricité sur le terre-plein », nous disait ce matin Michel pas vraiment étonné du fait. Notre action en faveur de la préparation et de la sécurité avec des stages obligatoires a porté ses fruits. Et puis les rameurs ont dû se présenter aux différents contrôles avec un bateau en ordre de marche. Tout cela fait que le niveau de leur préparation est bien au-dessus de ce qu'on a connu lors des deux précédentes éditions. « Il faudrait partir jeudi au lieu de dimanche que cela ne leur poserait pas de problèmes », ponctue le gérant de 54°West.

Pourquoi Dakar ? Certes situé dans un endroit privilégié vanté par les marchands de tourisme ensoleillé, Dakar n'a pas le charme de St-Louis du Sénégal, cette bourgade de pêcheurs autrefois capitale africaine, mais il a fallu déménager le départ. Deux raisons à cela, toutes deux dictées par des motifs de sécurité. « La première est qu'il y a une barre en sortant de St-Louis et que lors de la première édition, des bateaux se sont renversés et même des navigateurs se sont blessés. La seconde raison est que St-Louis est situé dans le NE de la presqu'île de Dakar qu'il faut impérativement dépasser pour continuer sa route ». Manque de chance, il soufflait un vent de NW le 8 mars 2009 et les jours suivants au départ de la seconde Bouvet Guyane, si bien que de nombreux concurrents ne purent doubler le Cap des Almadies, le point le plus à l'ouest de la presqu'île. Ils ont été remorqués par des bateaux accompagnateurs. « On ne pouvait décemment les disqualifier, mais cela leur a valu une pénalité à l'arrivée », se souvient Michel. Et si le départ de la présente édition a été avancée d'un mois, c'est dans l'espoir d'avoir un vent de NE. « Plus on attend, plus ça prend de la gauche », résume-t-il.

Une médiatisation à la hausse. Outre le niveau de préparation des concurrents, un autre point à la hausse est celui de la médiatisation. « On a développé beaucoup de moyens en interne pour augmenter la visibilité médiatique de la Bouvet Guyane », relève Michel. De fait on entend plus parler de la course et de ses acteurs dans les colonnes des journaux et à la télévision sans parler d'Internet. Aussi c'est la troisième édition. Il ne faut pas l'oublier.

- La 3ème édition de la Bouvet Guyane, course transatlantique en solitaire à la rame, part de Dakar le 29 janvier 2012 et s'achève à Cayenne. Arrivée prévue en seconde semaine de mars pour les premiers. Distance env. 2600 milles nautiques.
- Le record de l'épreuve (sur le parcours St-Louis-Cayenne) est détenu par Romain Vergé (2006) en 40 jours, 3h 45' et 38''.
- Les 23 engagés en 2012 comptent une femme, six guyanais et un franco-marocain. 17 sont de la métropole. La Bouvet Guyane comptait 15 engagés en 2006 et 22 en 2009.
- Le canot à rames mesure 8 m de long et pèse 450 kg. C'est un monotype insubmersible et autoredressable conçu par Jean-Michel Viant. Construction en contreplaqué stratifié verre/époxy. Livré en kit. Assemblage amateur ou professionnel.
- La Bouvet Guyane est un évènement organisé par 54°West. Les deux partenaires de la course sont la S.A. Les Menuiseries Bouvet sise à proximité d'Angers, et l'ensemble des collectivités publiques de la Guyane et le Centre Spatial Guyanais.

http://www.youtube.com/BouvetGuyaneTV


En savoir plus
Partager :
Facebook